Siamo sopravvissuti

La '2CV' della CitroënUna mia amica valdo-svizzera mi manda una cosina simpatica - che ho già visto altrove, ma meno dettagliata - che parte dalla domanda: "T'as grandi au cours des années 50, 60, 70...?". Purtroppo sì, al primo decennio e la risposta porta all'altra domanda: "Comment as-tu pu survivre?".
Così comincia l'elenco, che vi lascio senza i disegnini annessi, compreso qualche punto che può apparire "politicamente scorretto":


  1. Les autos n'avaient ni ceintures de sécurité, ni appuie-tête, ni air-bag, ni "gps";
  2. Sur le siège arrière on se marrait!!! Et c'était pas dangereux;
  3. Les lits à barreaux et les jouets étaient multicolores ou au minimum peints avec des laques "douteuses" contenant plomb ou autre poison;
  4. Il n'y avait pas de "sécurité enfants" sur les portes de voitures, ni sur les prises de courant, encore moins sur médicaments ou autres nettoyants chimiques domestiques. Les parents les planquaient, c'est tout;
  5. Il n'y avait pas de casque pour faire du vélo;
  6. On buvait à même le tuyau d'arrosage et pas des eaux minérales en bouteilles stériles;
  7. On construisait des caisses à savon, et ceux qui avaient la chance d'habiter pas loin d‘une route en pente pouvaient tenter d'établir des records de vitesse et même de constater, à mi-chemin, qu'on avait "économisé" sur les freins. Après quelques accidents, ces petits problèmes étaient résolus;
  8. On osait aller jouer. Il fallait juste rentrer à la maison avant la nuit, il n'y avait pas de portables... Et personne ne savait où on trainait! Incroyable...
  9. Nous avions école jusqu'à midi et l‘on rentrait manger à la maison à pied.
  10. Éraflures, bras cassés, dents brisées, coudes écorchés: personne ne se serait plaint.
  11. Personne avait tort si ce n'était nous-mêmes;
  12. On avalait des sucreries, du pain beurré, des boissons riches en sucre... On ne parlait pas d'obésité et nous étions actifs...
  13. On se partageait à quatre une limonade au goulot… nul n'en est mort...
  14. Pas de: "Playstation", "Nintendo", "Facebook", "Twitter", Home Cinema, wifi, adsl, triple play, iPod, tv 150 chaines, portable, ordinateur, chat sur Internet... Seulement des copains…
  15. A pied ou à vélo, on allait chez les copains, même s'ils habitaient à des kms, on entrait sans frapper;
  16. Si si! Dehors, dans ce monde gris... et tout ça, sans surveillance! Pas possible!
  17. On jouait au foot avec une seule cage et si on perdait... pas de frustration, ni de "fin du monde"; Il y avait bien des élèves un peu "retardés" qui redoublaient. Baahh… Personne n'allait chez le psychologue ou psychopédagogue;
  18. On ne parlait pas de dyslexie, de problèmes de concentration ou d'hyperactifs, on redoublait simplement l'année et chacun avait sa chance;
  19. Nous avions libertés, revers, succès, devoirs... et on apprenait à faire avec…

La seule vraie question est: comment avons-nous fait pour survivre???

Commenti

Forse suggestionato...

dal ricordo degli anni della giovinezza la domanda che mi pongo è esattamente contraria e cioè: "come facciamo a sopravvivere adesso?"
Dall'elenco di Luciano la principale differenza che emerge è l'incredibile progresso che ha fatto la tecnologia. Ben venga, ma ciò ha portato ad una incredibile accelerazione dei nostri ritmi di vita con effetti negativi sulla nostra salute psicofisica. Ricordo, ma è un esempio tra tanti, che durante un safari in Kenia, mentre ammiravo una cucciolata di leoncini mi hanno telefonato per lavoro.
"Co***one", direte voi, a tenere il telefonino acceso, ma avete notato come quando l'aereo atterra, magari per un volo tra Roma e Torino, tutti si affrettano ad accendere i telefonini come se quell'ora di silenzio ci avesse allontanati dal mondo?

Registrazione Tribunale di Aosta n.2/2018 | Direttore responsabile Mara Ghidinelli | © 2008-2020 Luciano Caveri